Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 23:10

Ah il aura fallu le temps, mais voici le pas à pas de ma chère Baleine

 

L'idée : m'est venue, comme je l'ai dit lors de la présentation du tableau, d'un souvenir de voyage au Canada. Il n'y a pas de plus belle source d'inspiration que ce qui nous entoure. Les expériences qui nous émeuvent sont toujours les plus belles à partager.

 

Les différentes étapes :

1. Comme à mon habitude, le croquis. En ce qui me concerne, encore plus lors d'une création "figurative" de toutes pièces. Voici en tous cas les premiers traits effectués sur ma toile.

 

baleine-1.JPG

 

2. Faire le fond. Le choix des couleurs s'est fait naturellement : Violet, bleu outremer et rouge de mars pour les sombres. Jaune cadmuim foncé comme complémentaire et blanc pour la lumière.

 

Le fond a été travaillé en dégradé. Plusieurs couches en transparence sont nécessaires pour obtenir l'effet de fondu fluide propre à l'eau. A l'acrylique, ce n'est pas une chose facile : les pigments ne se mélangent pas ou peu. Il faut donc de la patience, et ne pas hésiter à travailler les coups de pinceaux dans différents sens.

 

Penser également à ce stade à poser le Gesso pour créer les points de reliefs :

Gouttes de Gesso pour les bernicles sur le nez de la baleine;

Gesso mélangé à du sable pour donner le relief de l'écume.

 

3. Fond de baleine ocre jaune pour l'intensifier et lui donner plus de lumière par la suite.

 

4. Travailler les ombres sur la baleine. Les pigments bleux et rouges ne se mélangeant pas, j'ai pris le parti de poser le bleu comme s'il était le reflet d'une lumière venant du dessous. Cela se voit bien sur la troisème image.

 

5. Travailler le relief de l'eau au sommet du tableau.

 

pas à pas baleine

 

6. Terminer en posant le jaune cadmium clair et le blanc pour créer la lumière dans le tableau. La dernière touche est celle qui donne vie au tableau !

 

baleine

 

Repost 0
Ambre Verdon Ambre - dans Pas à pas ...
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 12:39

    Voici pour les curieux le pas à pas de mon tableau  Raie.

 

L'idée : m'est venue en contemplant mes poissons. J'avais envie de retravailler une image marine en contre jour, sans me prendre la tête avec un grand format.  Le carré 30 x 30 semblait une taille idéale.

Pour le choix des couleurs, ... le défi était de travailler en monochrome tout en rendant le tableau dense et présent. La couleur prédominante est le bleu céruléum.

 

Les différentes étapes furent les suivantes :

1. Réalisation d'un croquis, pour synthétiser le dessin et avoir un support de réalisation.

2. Réalisation du fond en dégradé, avec une lumière circulaire légèrement excentrée pour avoir plus de dynamique.

3. Apparition de la raie. Pour aider l'effet de transparence, j'ai progressivement foncé le coeur de silhouette de la raie. Au total, il y a 4 couches de bleu. 

 

raie pas à pas

 

Le secret : Le défi du tableau était d'avoir un monochrome dense et éclatant. Hors le seul moyen de magnifier une couleur dans un tableau  est d'y intégrer... sa complémentaire !!

Afin de rendre ma silhouette plus dense, j'ai glissé une couche de jaune cadmium foncé (orange) entre la  troisième et la quatrième couche de bleu. L'ombre se trouve donc plus profonde et la raie est plus présente.

 

Retenez l'astuce !


Repost 0
Ambre Verdon Ambre - dans Pas à pas ...
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 12:37

"C'est la rentrée !! " 

 

Combien de fois l'avez-vous entendu ? Et bien ce ne sera qu'une fois de plus !

Mais après avoir fait les courses pour les enfants, petits-enfants, frères et soeurs, il est temps de penser un peu à vous et à votre rentrée. La rentrée et toutes les reprises d'activités sont souvent l'occasion de faire le point sur le matériel de dessin qu'il reste au fond des placards.

 

J'ai pensé qu'un peu d'aide ne serait pas de trop. Alors je vais vous faire deux trois articles sur le matériel avant de reprendre vraiment les cours là où ils s'étaient échoués fin juin.

 

Je commence par un article sur le choix du papier afin de poser quelques bases historiques et des principes de base.

 

La petite histoire du papier 

Le papier est fabriqué pour la première fois en Chine vers la fin du 1er siècle. Le plus ancien papier fut daté de l'an -8.Il ne sert à l'époque que pour l'écriture. Depuis cette époque, le processus de fabrication n'a pas changé. Il se fait en deux étapes : la désintégration de la matière première dans l'eau pour obtenir des fibres de cellulose, puis la formation de feuilles lorsque la pâte obtenue est égouttée et séchée.

Le secret de la fabrication de papier de qualité restera chinois et japonais jusqu'au VIIIème siècle.

 

En l'an 751, des Arabes victorieux lors de la bataille de Talas font prisonniers plusieurs chinois et récupèrent ainsi cette précieuse connaissance. Le secret servira de support pour propager l'islam et conserver ses saintes écritures. C'est avec les invasions arabes que le papier arrive donc en occident. Il n'arrive en France qu'au milieu du XIIIème siècle !!

Le papier est alors un bien rare et précieux, et on y incorpore souvent des bouts de chiffons qui prennent du même coup de la valeur. Il paraîtrait que l'expression "se battre comme des chiffonniers" provient de là !

 

Comment choisir son papier ?

Le grammage donne l'épaisseur et la densité du papier. Nous nous servons du grammage en fonction de l'utilisation que nous souhaitons faire de notre papier.

 

  • Les papiers minces ont un poids inférieur à 40g/m²
  • Les papiers moyens sont entre 40 et 100 g/m²
  • Les papiers forts les plus courants sont entre 100 et 200 g/m²
  • Les papiers épais, entre 200 et 850 g/m² sont destinés à l'aquarelle.

 

Selon le dessin que l'on projette de faire et surtout les matériaux que l'on veut utiliser, il est souhaitable de choisir son papier comme ceci :

 

- Pour l'aquarelle, le papier ne doit pas avoir de densité inférieure à 250 g/m² afin de supporter l'humidification. Il existe aussi du papier de soie et du papier japonais aux effets spéciaux. On peut aussi utiliser des toiles, mais non apprêtées.

 

- Pour le pastel, il est nécessaire d'utiliser des papiers à la trame assez rugueuse, qui retiennent la poudre dans leurs fibres ou leurs creux. Pour plus de résultats, vous avez les Pastel Card qui sont légèrement abrasifs, ou le papier velours qui a un effet très doux.

 

- Pour le dessin au crayon, il est souhaitable d'utiliser du papier dit "vergé" d'un poids de 80 à 160 g/m². Un papier à dessin très lisse convient pour les tracés fins au crayon, tandis qu'avec un crayon gras, un fusain ou une sanguine, un papier grenu est mieux adapté.

 

- Pour les lavis, il faut un papier vergé (ou levin) qui supporte mieux les techniques humides à l'encre ou à la gouache. Son poids doit être compris entre 100 g/m² et 250 g/m².

 

- Pour les feutres, l'idéal est d'utiliser le papier Bristol ou Layout.

 

 

Pas de grandes découvertes donc dans cet article, mais savoir quoi écrire dans sa liste de fournitures pour la rentrée est toujours utile !!

 

 

 

Repost 0
Ambre Verdon Ambre - dans Pas à pas ...
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 22:31

Cabane bancale 2

J'aborde là des notions très basiques. Le post n'intéressera pas tout le monde, mais parfois, même pour les habitués un rappel ne fait pas de mal.


La position de l'artiste par rapport à son travail, la place qu'occupent les différents sujets et leur cohérence sont quelque chose de très important en dessin. Quand on construit une maison, il serait impensable de vouloir commencer par poser le papier peint sur un mur alors que les fondations ne sont pas termiées. Et bien en dessin c'est pareil !!

Il est très dangereux de vouloir se lancer dans les détails avant d'avoir posé le tracé initial.


Voici quelques étapes pour vous guider, et quelques règles pour vous brimer ! ^^


 


 

La position:

 

La feuille :

 

Elle doit être face à l’artiste, même si celui-ci travaille debout. Il vérifiera que rien ne gêne dessous. Il est important de conserver sa feuille droite,  et ce même si vous avez l'habitude d'écrire avec une feuille penchée. Cela évitera le biais du type "fort vent latéral" ^^.

 

Note : Pour l’aquarelle, la feuille doit être fixée à un support afin de ne pas se déformer au cours du travail à l’eau. Mais ça, vous le saviez sûrement déjà.

 

L’artiste : 

 

Il doit être face à son travail, assis ou debout selon le support qu’il a choisi pour exécuter son œuvre.


Note : être debout est très bien pour prendre du recul, mais parfois c'est fatiguant... ^^

 

Le crayon :

En théorie :

On le tient droit pour les tracés précis mais toujours avec beaucoup de souplesse et sans appuyer.

On le tient couché et par le bout opposé à la mine pour remplir les espaces d’ombre de grande surface.

On le tient couché et par le bout opposé à la mine pour remplir les espaces d’ombre de grande surface.

 

En pratique : c'est à vous d'essayer de faire comme vous le sentez le mieux.

  

Le fusain :  

Il se tient comme le crayon pour exécuter le même travail mais il faut le tenir à plat ou couché pour remplir la totalité d’une feuille.


Le tracé initial :


1. La première étape consiste à positionner votre sujet. Tracez les verticales et, s'il y a lieu, les horizontales. Prenez des mesures (règle interdite !!). Il s'agit ici de PLACER LES VOLUMES. Il ne faut en aucun cas rentrer dans les détails. On ne dessine que des cubes, des ovoïdes, des formes très générales.


Au début il peut être difficile de voir ces formes dans vos modèles. Les livres "Apprendre à dessiner" son assez bien fait pour vous donner une idée de ce que peut être la forme générale d'un sujet.

 


2. Tout en gardant la main souple, tracez légèremet et grossièrement les traits de votre sujet. N'hésitez pas à dessiner les différents éléments en entier par transparence, vous garderez plus facilement un positionnement des objets cohérent.

 


CONSIDEREZ TOUJOURS L'ENSEMBLE DE VOTRE DESSIN,

sans vous attacher à un endroit en particulier.

 

 

Un tracé primaire, ça donne quelque chose comme ça (et encore, le premier est très, voire trop détaillé) :

 

touffon.jpg 

 

train 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois ce tracé terminé, vous pouvez entrer dans les détails et le travail de la technique que vous avez choisie.


 


Repost 0
Ambre Verdon Ambre - dans Pas à pas ...
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 12:03

 

Petite introduction pour la rubrique "Matériel" :


mines crayonC'est une liste non exhaustive qui vous permettra de comprendre un peu mieux les différents matériaux qui peuvent être utilisés, d'en découvrir de nouveaux...


Le but de cette rubrique est de permettre à ceux qui débutent en dessin, ou ceux qui souhaient démarrer une nouvelle technique, de trouver des renseignements sur le matériel, et comment l'utiliser. Je pense qu'elle est assez indispensable.

Pour ceux qui pratiquent déjà régulièrement, je souhaite partager les expériences que j'ai pu avoir avec différentes techniques, différents matériaux, différents papiers... Cela vous sera sûrement utile !! (j'avoue que quelques conseils m'ont parfois manqués quand je me lançai en freestyle ^^)



Bien évidement, n'hésitez pas à partager si vous avez déjà eu des expériences intéressantes !! Laissez moi un commentaire ou envoyez moi un mail, j'y répondrai volontier et je me renseignerais pour pouvoir laisser un post. L'intérêt, c'est aussi le partage !!


En attendant, on démarre avec une très classique présentation des crayon graphites (il faut bien commencer par quelque chose ^^ ) 



 

Le mot de l'histoire : 

Le mot crayon vient de l’ancien français « creon » (craie). Il désigne aujourd’hui une mine recomposée artificiellement à partir de graphite et d’argile, le tout  gainé de bois.

 

Le crayon moderne fût inventé par un chimiste français, Nicolas-Jacques Conté en 1794 suite à l’embargo avec l’Angleterre. Le graphite et l’argile sont mélangés dans un broyeur au cylindre parfois plus de 20 jours, puis agglomérés au four à plus de 1000°. Le degré de dureté de la mine dépend de la proportion d’argile.


Tableau international des duretés :

 

  Dégradés

Extraordinairement tendre, noir intense

7B

Spécialement tendre et noir

6B

Particulièrement noir et tendre

5B

Très tendre et très noir

4B

Très tendre et noir

3B

Tendre et très noir

2B

Tendre et noir

B

Semi-tendre et noir

HB

Semi-tendre

F

Dur

H

Assez dur

2H

Très dur

3H

Particulièrement dur

4H

Extraordinairement dur

5H

Extrêmement dur

6H

Dureté de la pierre

7H

Dureté de l’acier

8H

Dureté du diamant

9H

 

 

Utilisation:

On utilise généralement le HB, pour les tracés préliminaires, les lignes pures, ou le B, pour des cadrages et des dessins linéaires.

La série B est réservée pour les tons, les ombres, les aplats.

A l’occasion, pour des détails très délicats ou le tracé de base à l'aquarelle, on utilise les H.

 

Au début, je vous conseille de vous fournir en 4B, 2B, HB et 2H. Ils vous permettront de réaliser de bonnes gammes de dégradés.

Pour ceux qui souhaitent travailler plus finement le monochrome, vous pouvez vous fournir en  boites complètes. La mienne fut la base de tout mon travail durant plus de 10 ans.

 

STAEDTLER est un fournisseur intéressant. Ses produits sont de très bonne qualité, durables, et surtout, très facile d'accès. Vous en trouverez dans quasiment toutes les papeteries ou magasin de fournitures en dessin.

crayons


 

 

Certains artistes utilisent aussi « la mine de plomb ».

D’autres préfèrent les fusains, ou encore les sanguines.


A vous de trouver votre outil de prédilection !!


 

Repost 0
Ambre Verdon Ambre - dans Pas à pas ...
commenter cet article